Un trio africain composé uniquement de femmes fait partie du panel d’experts chargés d’enquêter sur la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon une liste rendue publique jeudi.

Il s’agit de la Libérienne Helen Johnson Sirleaf, la Sud-Africaine Precious Matsoso et la Tunisienne Aya Chebbi.

Selon le site web du panel, les 13 experts sont censés mener un examen impartial, indépendant et complet de la manière dont l’OMS a géré la riposte à la pandémie mondiale.

Ellen Johnson Sirleaf, 81 ans, est l’ancienne présidente du Libéria (2006-18). Surnommée la « dame de fer de l’Afrique », l’ex-présidente est considérée comme une gestionnaire très talentueuse. Son mandat a contribué à remettre le Libéria sur les rails après de longues années d’un conflit brutal. Elle a notamment négocié avec succès l’allègement de la dette de son pays.

En 2011 elle reçoit le prix Nobel de la paix pour son travail dans l’inclusion des femmes à la reconstruction du pays. Sur le plan de la santé, « Ma Helen » – comme l’appelent affectueusement les Libériens – était aux commandes lorsque le virus Ebola avait été signalé au Libéria. Elle est coprésidente du panel mondial d’experts, avec l’ancienne première ministre de Nouvelle-Zélande Helen Clarke, qui a également dirigé le PNUD.

Precious Matsoso a un très long curriculum vitae dans la gestion publique au plus haut niveau, tant dans son pays d’origine, l’Afrique du Sud, que sur la scène internationale. Pendant plus d’une décennie, Mme Matsoso a été directrice générale du ministère national de la santé et a dirigé l’agence de réglementation des médicaments en Afrique du Sud.

Elle connaît très bien l’OMS, vu qu’elle y a occupé les fonctions de directrice de l’innovation et de la propriété intellectuelle en matière de santé publique. Elle est également une ancienne présidente du Conseil exécutif de l’OMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *